top of page

Startup Studios: Corporate vs Pure players


Comment donner vie à toutes ses idées en parallèle ?


Industrialiser la création de startups :

→ Idée : test et conception

→ Création : produit-service

→ Validation : adhésion du marché

→ Exit : délégation, vente ou intégration




Le sujet des Startup Studios prend de l’essor en Europe, notamment sous l’impulsion du succès d’Hexa (ex. eFounders, 30 startups dont 3 licornes en 10 ans) ou de Rocket Internet (copycats de startups américaines à succès).



PAS DE STANDARD


Le pionnier (IdeaLab) est apparu en 1996 aux États-Unis, mais la pratique se développe surtout depuis une quinzaine d'années.


Elle est ainsi moins structurée que le Venture Capital et ne dispose pas de réel standard détaillé formellement reconnu (tant en termes de micro segmentation des acteurs que de modalités de gouvernance et d'exécution).



DEUX CATÉGORIES


Les Startup Studios peuvent cependant se classer en deux macro catégories : les Corporates et les Pure Players.


Ils ont :

  • une philosophie commune : créer plusieurs startups en parallèle, souvent depuis une page blanche

  • des enjeux différents : le Corporate réarme son innovation stratégique (exemples) et le Pure Player donne vie à toutes ses idées en parallèle.



MACRO COMPARAISON


Synthèse simplifiée, chaque Startup Studio (qu'il soit Corporate ou Pure Player) ayant ses spécificités propres.

Studios CORPORATE

("Corporate Venture Building", CVB)

Studios PURE PLAYER

Acteur type

Une grande entreprise crée un Studio avec :

  • Un prestataire Venture Builder : actionnaire du studio et facturant des honoraires

  • Des aspirants-entrepreneurs : actionnaires de leur startup (30 - 50%) et rémunérés

Un entrepreneur (ayant souvent déjà vécu une success story et disposant de financement, expérience et réseau) crée un studio avec :

  • des experts (CPO, CTO, CRO...), ie. back-office transversal aux startups : actionnaires du studio et rémunérés

  • des aspirants-entrepreneurs : actionnaires de leur startup (60 - 80%) et parfois rémunérés

Enjeu

"R&D Business"


Explorer des domaines adjacents au cœur de métier (ex. Orange aurait pu créer Zoom) pour :

  • compléter le coeur de métier

  • et/ou créer un Corsaire face à un Pirate disrupteur

  • et/ou disposer de relais de croissance.

"Donner vie à ses idées"


Lancer de nombreuses idées en parallèle, sans :

  • se restreindre au rôle de Business Angels

  • ni s’investir opérationnellement dans la durée dans chaque startup.

Approche

"Corporate Angel" en cash et nature

  1. Définir le terrain de jeu stratégique (ni trop loin ni trop près du cœur de métier)

  2. Fournir le financement pour 2 à 4 futures startups sur la base d'une (quasi) page blanche

  3. Laisser le Studio dérouler la méthodologie entrepreneuriale tout en apportant, à la demande, des actifs opérationnels (ex. accès clients)

  4. Selon l'évolution de chaque startup : ré-investir pour la faire grandir, l'acquérir ou vendre sa participation

"Entrepreneur Architecte" vs bâtisseur

  1. Chercher & étudier (éventuellement initier) des idées page blanche à potentiel

  2. Recruter les aspirants entrepreneurs auxquels sont apportés financement, méthodologie et réseau

  3. Coacher opérationnellement (grâce au back-office transversal) jusqu’à la validation du marché

  4. Co-gérer la Série A et vendre sa participation ou devenir membre du board

Avantages

  • Exploration stratégique sans contrainte posée par le "coeur de métier"

  • Actifs opérationnels accessibles à la startup dès le démarrage (unfair advantage)

  • Financement continu* (gain de temps & sérénité vs levées de fonds répétitives)

  • Déploiement mondial rapide*

* Si l'intérêt stratégique ou tactique de la startup pour le corporate est confirmé

Liberté totale :

  • Aucune limite sectorielle ou de thématique (segment client, technologie...)

  • Agilité stratégique & opérationnelle

Défis

  • Co-actionnariat avec une startup page blanche, ce qui n'est pas la culture d'un corporate ➡️ Créativité & flexibilité dans les modalités d'association au succès

  • Réelle liberté du Studio et ouverture d'esprit du corporate sur les idées proposées (ex. "Mr Kodak, et si l'on créait Instagram ? Comme vous, il s'agirait de capturer & partager ses souvenirs") ➡️ Gouvernance ferme à définir en amont

  • Accès effectif et réactif aux ressources opérationnelles du corporate, sans que la startup n'ait à gérer politique, process... ➡️ Sponsoring du ComEx fort et hyper réactif

  • Trésorerie, tant pour financer chaque startup que le back-office transversal (coût fixe)

  • Négociation avec les VC, certains n'appréciant pas que le Startup Studio ait une part significative du capital

👆 Un défi majeur commun aux deux catégories est d'identifier et recruter les meilleurs aspirants-entrepreneurs par startup.



In fine, s'agissant des Startup Studio Corporate, ce levier pourrait également avoir un impact macro économique :

  • Financement de certaines startups de la page blanche à la croissance : les corporates, pour leur propre développement, doivent explorer de nouveaux terrains de jeux stratégiques (exemples)

  • Internationalisation des startups : ils ont également intérêt à créer leurs propres Tit@ns, ce qu'ils peuvent considérablement accélérer via leurs filiales.

Faciliter l'adhésion à cette pratique pourrait ainsi s'avérer particulièrement opportun en Europe...

Comments


bottom of page